Pour mieux comprendre les origines du RJCE, un projet visant à en reconstituer l’histoire (son origine, ses objectifs et volontés politiques) est né au sein du bureau. Un entretien collectif a été conduit en 2023 auprès d’une partie des membres fondateurs. 

Cette page est en cours de construction, des informations complémentaires seront prochainement publiées. 

Pourquoi et comment le RJCE est-il né ?

L’association est née du constat que les thésards en ergonomie n’avaient pas tous accès aux mêmes informations et qu’en dehors des congrès, et plus largement du cadre académique, peu de liens entre eux étaient possibles. Pour favoriser le partage, permettre une transmission entre jeunes chercheurs et d’une génération à l’autre, une structure, basée sur l’entraide et le collectif, s’établit progressivement avec une volonté politique. 

« Les conditions de résiliation des thèses étaient très inéquitables, dans l’accès aux congrès, dans l’accompagnement par les encadrants, dans l’accès aux ressources et aux informations etc. ». 

« On s’est rendu compte que c’était bien de partager entre nous en dehors du cercle académique et des encadrants avec des rivalités non dites ; on avait besoin de s’extraire de ça ».

« Le besoin c’était vraiment de partager sur nos expériences de thésards aussi bien sur le fond que sur la forme ».

« On bénéficiait de retours de pairs et ça nous ouvrait beaucoup nos champs théoriques « .

D’où vient le terme de jeunes chercheur.e.s ?

 « C’était une forme d’ouverture quand on quitte le statut de doctorant on reste jeune chercheur et dans la précarité. » 

L’emploi du terme « jeunes chercheurs » nous semble donc plus pertinent pour deux raisons : 

  • d’une part, il correspond plus à l’activité d’un « doctorant » qui n’est pas un « simple » étudiant mais bien un chercheur ou un enseignant-chercheur « junior » (menant ses recherches, publiant, répondant à des appels d’offres, enseignant…). 
  • d’autre part parce qu’il permet d’englober dans notre réseau les post- doctorants au sens large (ATER, post-docs, chômeurs…). 

Il se veut inclusif et peut se définir de la façon suivante. 

Un jeune chercheur en Ergonomie est un chercheur se préparant au, ou titulaire du, titre de docteur en Ergonomie ou d’un champ voisin (psychologie, physiologie, informatique, sciences de l’ingénieur…) et dont les recherches doctorales ou postdoctorales concernent l’Ergonomie de façon totale ou partielle. Tous ceux se reconnaissant dans ces critères et qui souhaitent se joindre à nous sont les bienvenus.

Quelles sont les grandes étapes de constitution de l’association ?

Les premiers membres du bureau

Présidence

Flore BARCELLINI & Arnaud TRAN VAN

Vice-présidence

Vincent BOCCARA & Stanislas COUIX

Trésorerie

 Lucie CUVELIER & Anaïs MAYER

Secrétariat

Aurélie LANDRY & Willy BUCHMANN

Autres Membres du Conseil d’Administration 2009-2010

Michelle ASLANIDES, Cécile BARBIER, Carine DESRO- SIERS, Justine FORRIERRE, Liv LEFEBVRE, Julien NELSON, Cyril RIVERE 

Chronologie de la présidence

Ce contenu est en cours de construction, il sera prochainement publié. 

Quelques actions clés

Ce contenu est en cours de construction, il sera prochainement publié. 

Quelques témoignages 

de jeunes chercheur.e.s passé.e.s par le RJCE

« Ca répondait à des problèmes du quotidien. Ça répondait pas forcément à un problème mais ça m’a apporté beaucoup, dans le temps dans la durée. »

« Ça m’a beaucoup soutenu pendant la thèse d’avoir un écho de personnes dans les mêmes galères et mêmes temporalités. »

« On a cette confiance, on peut se raconter notre vécu du travail. Ca a toujours été ça et c’est trop rare ».

« […] s’ouvrir à d’autres associations de jeunes chercheurs au-delà de la discipline. Y a quand même une évolution massive du milieu de la recherche. C’est aussi là que se construit la discipline. »

« Je passe encore pas le RJCE pour recruter parce que vous connaissez les étudiants nous on les connait pas forcément. »
« On a des nouvelles institutions qui reconnaissent les ergo et qui commencent à recruter des ergo et nous on n’a pas le temps de voir ça : les jeunes chercheurs sont les personnes qui sont à la pointe de la recherche. »